Le bio plus fréquemment touché par les rappels de produits

Le bio plus fréquemment touché par les rappels de produits

Les produits bio sont en moyenne plus souvent retirés des rayons des magasins. En cause: les substances toxiques qui contaminent les récoltes ou qui sont dues à des moisissures. Leur contrôle dans l’agriculture bio est plus difficile qu’en production agricole conventionnelle.

mardi 13 septembre 2022

Au cours des dernières semaines, les rappels de produits bio se sont multipliés chez les distributeurs. La raison: des substances toxiques d’adventices présentes dans les récoltes avaient contaminé les produits. On peut citer par exemple les chips de maïs contaminées aux alcaloïdes tropaniques.


Produits bio rappelés plus souvent

Comme l’écrit la «Sonntagszeitung», le bio est plus souvent touché par les rappels de produits. Depuis 2020, plus de 20% des produits ayant fait l’objet d’une mise en garde de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) étaient bio. Ce taux est important lorsque l’on sait que la part de marché du bio est de 10,9%. Il pourrait même être encore plus élevé, car l’OSAV n’annonce pas toujours si le produit visé par un rappel est bio ou non.


Adventices dans les récoltes

Lors des moissons, des adventices peuvent se mêler accidentellement aux récoltes. Dans le cas des chips de maïs, des graines de Datura avaient contaminé les récoltes. Or, le Datura contient des alcaloïdes tropaniques qui, en cas d’ingestion, peuvent provoquer des nausées et des maux de tête. Comme l’utilisation de désherbants tel le glyphosate est interdite dans le bio, le risque de contamination des récoltes par des adventices toxiques est plus élevé que dans l’agriculture conventionnelle. C’est ce que confirme aussi le pionnier du bio Urs Niggli dans les colonnes de la «Sonntagszeitung»: «D’une manière générale, le risque en matière de sécurité alimentaire est plus élevé dans l’agriculture bio.» Selon le spécialiste du bio, les alcaloïdes tropaniques ne sont toutefois qu’un risque parmi d’autres.


Moyens de lutte limités contre les moisissures

En effet, les moisissures sont un autre sujet de préoccupation. Dans l’agriculture bio, il est moins facile de les contrôler, car les antifongiques autorisés ne sont pas légion. Pour lutter contre les maladies fongiques, les agriculteurs bio n’utilisent pratiquement que du cuivre. Les moisissures présentes dans les aliments sont dangereuses tant pour l’être humain que pour l’animal, car elles peuvent contenir des mycotoxines oncogènes. Tout récemment, le groupe allemand de drogueries Müller a dû rappeler une pâte à tartiner aux dattes et aux noisettes pour cette raison.


Le boom du bio, un risque supplémentaire

Selon Urs Niggli, le boom du bio pendant la crise du coronavirus pourrait aussi expliquer pourquoi tant de produits bio figurent sur la liste des produits rappelés par l’OSAV. La hausse de la demande pourrait avoir rendu difficile le contrôle des chaînes de livraison, explique-t-il.

Le boom du bio s’étant quelque peu tassé en 2022, il reste à voir si la baisse de la demande se répercutera sur le nombre de mises en garde.

Bon à savoir

Les produits phytosanitaires ne contribuent pas seulement à assurer des rendements plus élevés. Ils diminuent aussi les pertes durant la transformation, le transport et l’entreposage des récoltes, où jusqu’à 40% de la marchandise peut être perdue. L’efficience consiste à utiliser de manière optimale les ressources naturelles, techniques et économiques. Une utilisation à bon escient des produits phytosanitaires réduit la pression sur les ressources naturelles et augmente les quantités et la qualité des cultures.

Articles similaires

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Autres contributions dans Actualité