Les ministres de l’Agriculture des Vingt-sept demandent de s’ouvrir aux nouvelles techniques de sélection

Les ministres de l’Agriculture des Vingt-sept demandent de s’ouvrir aux nouvelles techniques de sélection

Les nouvelles techniques de sélection sont une clé pour renforcer la sécurité ali-mentaire, estiment dans leur majorité les ministres de l’Agriculture des pays membres de l’UE. Forts de ce constat, les ministres demandent de revoir les règles d’autorisation régissant les nouvelles méthodes de biotechnologie. Ces dernières pourraient même aider à lutter contre le gaspillage alimentaire.

lundi 10 octobre 2022

Lors d’une réunion informelle à Prague, les ministres de l’Agriculture des Vingt-sept ont parlé des nouvelles techniques de sélection tel le CRISPR/Cas. De nombreux scientifiques se sont succédé à la tribune pour faire l’éloge de ces techniques, relate la plateforme en ligne «agrarheute». Grâce à elles, on peut espérer développer des variétés résistantes à la sécheresse. Les ministres de l’Agriculture ont reconnu à l’unanimité que le cadre réglementaire entourant les nouvelles techniques de sélection doit être assoupli. Tous redoutent que les règles restrictives en vigueur dans l’UE provoquent une fuite des cerveaux, c’est-à-dire un exode des chercheurs vers d’autres pays.


Renforcer la sécurité alimentaire

Le commissaire européen à l’agriculture Janusz Wojciechowski a annoncé qu’un projet de loi sur le génie génétique serait présenté d’ici au milieu de l’année prochaine. Selon le ministre tchèque de l’Agriculture Zdeněk Nekula, le Conseil agricole attend beaucoup des nouvelles techniques de sélection pour assurer la sécurité de l’approvisionnement en denrées alimentaires. Les nouvelles techniques offrent des perspectives intéressantes aux petites exploitations, car elles sont bon marché et faciles à utiliser. La lutte contre le gaspillage alimentaire était un autre point à l’ordre du jour des ministres de l’Agriculture des Vingt-sept. Elle aussi est capitale pour améliorer la sécurité alimentaire. Sur les 4 milliards de tonnes d’aliments produits tous les ans, environ 1,3 milliard de tonnes finissent aux ordures.


De nouvelles impulsions contre le gaspillage alimentaire

Les nouvelles techniques de sélection tels les ciseaux moléculaires CRISPR/Cas servent aussi à lutter contre le gaspillage alimentaire. En Suisse, l’agriculture est responsable de 20% environ des pertes alimentaires. En rendant les cultures plus résistantes aux parasites, aux maladies ou aux extrêmes météorologiques, les nouvelles techniques de sélection contribuent à réduire les pertes alimentaires dans l’agriculture. L’obtention de plantes plus robustes – au niveau des tiges par exemple – relève aussi de ce combat. Au moyen des ciseaux CRISPR/Cas, une équipe de l’EPFL autour du chercheur Sebastian Soyk a sélectionné une tomate qui reste accrochée plus longtemps à la tige. Cela évite le détachement prématuré du fruit de son pédoncule et son pourrissement au sol.

Bon à savoir

Protection contre les parasites, les maladies ou les intempéries: la recherche sur les ciseaux moléculaires CRISPR/Cas et leurs possibilités d’utilisation va bon train. En voici dix exemples intéressants pour les agriculteurs suisses.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité