Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

jeudi 15 février 2024

Au lieu d'autoriser les produits phytosanitaires ou d'en lancer de nouveaux sur le marché, leur utilisation est bloquée par la politique. Souvent, ils ne sont autorisés qu'avec des permis spéciaux ou des autorisations d'urgence - et cela se produit de plus en plus souvent. Pour les producteurs de légumes, cela a des conséquences fatales, comme le montre aujourd'hui un article du «BauernZeitung».

«Pour nous, la production de produits commercialisables devient de plus en plus difficile et nous ne pouvons plus guère protéger nos cultures», a déclaré Thomas Wyssa, producteur de légumes de Galmiz FR et membre du comité de l'Association des producteurs de légumes des cantons de Berne et de Fribourg et de l'Union maraîchère suisse, dans une interview accordée à la «BauernZeitung». Par conséquent, c'est le manque de produits phytosanitaires qui pose actuellement «le plus de problèmes» aux associations. C'est pourquoi l'Union suisse des paysans a récemment tiré la sonnette d'alarme lors du Forum du Seeland et a demandé aux producteurs de légumes de faire part de leurs préoccupations et de leurs exigences pour la nouvelle réforme agricole.

Comme l'explique Wyssa dans l'interview, l'absence de différentes substances actives entraîne une augmentation rapide de la résistance des substances encore autorisées. Il y a un an, les médias avaient déjà mis en garde contre le fait que le risque de développement de résistances et de pertes de récoltes augmentait avec chaque produit phytosanitaire qui disparaissait du marché.

L'exemple du méthomyl, interdit il y a huit ans, montre qu'une interdiction de produits phytosanitaires comporte en grande partie des inconvénients. Ce produit phytosanitaire a été utilisé pour éradiquer la mouche blanche, qui pose notamment problème dans les choux de Bruxelles. Selon le producteur de légumes Wyssa, il n'existe pas d'alternative à ce jour depuis l'interdiction. Conséquence : une forte baisse de la culture des choux de Bruxelles. Et ce, surtout dans le Seeland qui, il y a quelques années encore, possédait la plus grande surface de culture de choux de Bruxelles avec 85 pour cent de la production nationale totale. Aujourd'hui, selon les indications de Wyssa, ce chiffre n'est plus que de 50 pour cent.

Une chose est sûre : malgré la réduction des produits phytosanitaires, les acheteurs et les consommateurs ont les mêmes exigences en matière de qualité des produits. Mais certains ne sont plus à la hauteur. La situation de certains agriculteurs est même si précaire qu'ils ont dû arrêter la production de certains légumes. «Pour les pommes de terre, il y a déjà des producteurs qui réduisent la surface cultivée ou même qui l'abandonnent complètement», explique Wyssa. Et cela ne devrait pas changer de sitôt : Car après plusieurs années de culture très difficiles pour les pommes de terre, les plants de pommes de terre sont désormais aussi une denrée rare dans toute l'Europe.

Qualité des légumes : adaptation des normes vers le bas

Les normes de qualité règlent les caractéristiques que doivent présenter les légumes suisses pour pouvoir être commercialisés. Elles s'appliquent aussi bien à la marchandise produite de manière conventionnelle que biologique et sont définies en partenariat par l'Union maraîchère suisse (UMS) et l'Association suisse du commerce des fruits, légumes et pommes de terre (Swisscofel).

Comme il devient de plus en plus difficile de répondre aux exigences du commerce de détail et des consommateurs en matière d'apparence parfaite, alors que parallèlement les produits phytosanitaires sont de moins en moins disponibles et que les défis climatiques augmentent, ces associations de producteurs ont négocié de nouvelles normes avec les acheteurs à la mi-2023. Il faudra maintenant voir ce que celles-ci signifient dans la pratique et quelle tolérance les acheteurs des transformateurs et du commerce de détail adopteront réellement. Car que signifie par exemple pour les salades «quelques parasites animaux autorisés» ou pour les choux-raves «petites traces de rongements tolérées sur le feuillage»? Pour le responsable de la commission compétente, le producteur de légumes Beat Bösiger, «il était également important que la tolérance soit élevée pour les piqûres de thrips sur les poireaux et les oignons botte, car nous manquons de produits phytosanitaires pour les combattre». Mais le véritable test pour les nouvelles normes se trouve chez les consommateurs, qui aiment avoir de beaux légumes, dit Bösiger et ajoute : «Le mieux, je pense, c'est qu'ils tolèrent que les concombres puissent désormais être un peu plus tordus et que les calibres y aient été adaptés».

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

700 pesticides en suspens d'homologation
La protection phytosanitaire Actualité

700 pesticides en suspens d'homologation

La Suisse se trouve actuellement confrontée à un engorgement en matière d'homologation de pesticides. L'autorité compétente peine à traiter l'afflux des demandes, situation préoccupante pour les agriculteurs et l'environnement.

Les légumes protègent les fruits et réciproquement
Savoir

Les légumes protègent les fruits et réciproquement

Les emballages en plastique dans le commerce alimentaire protègent les fruits et légumes contre la détérioration, mais engendrent dans le même temps d’importantes quantités de déchets. Avec l’Empa, Lidl Suisse a développé une couche de protection pour les fruits et légumes à base de matières premières renouvelables.

La science s'oppose à l'interdiction des cultures OGM
Actualité

La science s'oppose à l'interdiction des cultures OGM

La Cour suprême des Philippines veut stopper la culture de plantes génétiquement modifiées comme le Golden Rice et l'aubergine Bt (Bacillus thuringiensis). Cette décision est loin de faire l'unanimité auprès du gouvernement et des scientifiques : L'interdiction pourrait mettre en péril la sécurité alimentaire du pays.

Où se concentre la sélection des pommes
Actualité

Où se concentre la sélection des pommes

Le nouveau responsable du groupe de recherche en sélection fruitière d'Agroscope s'appelle Andrea Patocchi. Dans une interview accordée à la revue spécialisée Obst + Wein, il explique où se situe aujourd'hui l'accent mis sur la sélection des pommes.

Un robot chinois cueille le thé
Actualité

Un robot chinois cueille le thé

La Chine manque de cueilleuses de thé. Un robot mis au point par un chercheur devrait y remédier et se charger de ce travail à l'avenir. Grâce à l'intelligence artificielle, la machine peut même reconnaître les pousses de thé. En Suisse aussi, les premiers robots de récolte sont déjà en cours de développement.

Les cultivateurs de pommes de terre veulent des variétés robustes
Actualité

Les cultivateurs de pommes de terre veulent des variétés robustes

Comme l'utilisation de produits phytosanitaires a été massivement réduite, le secteur de la pomme de terre veut désormais miser sur des variétés plus robustes. Le secteur a même conclu une convention d'objectifs avec la Confédération. Celle-ci est ambitieuse : D'ici 2040, 80% des surfaces cultivées en pommes de terre devront être couvertes de variétés robustes.

Autres contributions dans Actualité